jeudi 21 mai 2015

qui regardait les ombres







pour toi
qui regardait les ombres
( qui pliait le cou de côté 
à chaque petit enfant )
très belle amour
je planterai — des herbes —  ( une à une )
jusqu'en faire une prairie
— ( qui si sauvage sera qu'elle sera)
à chaque fois
très belle amour
la toute première du monde.

et les ombres sur le mur mûrissaient
( et les enfants )
à chaque fois
( riaient ).

ou une colline lente
( parfumée aux fleurettes
sauvages et crevettes )
comme celles où nous avons
accru
diverses sortes de plaisirs

ou un tertre  ( inimaginable )
sur tes membres et regards ( impensables et )

( vivants ) vivants. 








2 commentaires: