lundi 27 avril 2015

et le temps bouleversant mon amour






et le temps bouleversant mon amour fonde
dieu de tes absences: tes seins, deux, unis,
 tige bouton et fleur, une,
et tige bouton et fleur, une.
et ainsi de l'autre qui l'enlace,
collés flanc à flanc, ceints,
ainsi, ensemble, sortant : unis, ils montent,
ainsi. 

        ton oeil aussi -
là-bas, très haut, sa blancheur
embroussaillée dans les branches,
ruant avec le lien qui lie,
étranger, le bouquet des fleurs vieilles:
il lie, il ne lie pas.

tu ajoutes au cri
où de loin tu attends -
pour éclairer de biais
dans l'envers 

                   ma 
                        larme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire