samedi 22 février 2014

avec vue sur port






Avec vue-sur-le-port où la forêt des mats triomphe de ses cloches
Des brumes mauves, mon corps encombre la cuisine étrangère
Comme un tas de charbon sur une feuille de laitue.
Eh bien j'attends. De temps en temps une lame d'ambre
Transperce en-travers la filandre romane du crachin de Bretagne:
Signe sûrement que la terre tournoie dans sa cuve d'étoiles.

Catastrophique et tendre, elle couve et allaite,  poche molle, 
Enlaçant de limailles lactées les passants où ils vont.

A eux la glorieuse esquisse des corps, mais moi ici
Serais-je jamais assez transparent  ! c'est
Trop d'huile ici, pas assez de citron là,
Et le radis,  noir pourtant, pourrait bien s'oxyder,
Lui que j'ai coupé en lamelles plus minces et en dés humbles
Avec mon couteau à manche de bois plutôt qu'avec la mandoline.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire