mardi 12 novembre 2013

Dans ma maison plus qu'étrangère










Dans ma maison plus qu'étrangère
Si douloureuses sont les ombres
Que nous blesse le vent le soir
Quand les étoiles brillent.

Silencieusement avec un bruit
De verres cassés bataillent
Faussement les mots.
Si douloureux sont les dais

Qu'y penser est un demain d'ivresse:
Sortir ? peut-être -  merci...
Parmi ceux-là qui
Glanent des gerbes bleues

Avec les grandes ailes de leur bras
Entre legs et calice.
Vent dans les saules:
La fenêtre est fermée.

Si enfouies les solitudes !
Que l'eau scintille dans les verres !










1 commentaire: