mardi 29 octobre 2013

Un corps, ce corps !











Un corps, ce corps ! anthélix,
rosace à tout-venant,
provende de nuits ­— il file
les ronces des rosiers.

Qui boit le jus des clématites ?
Lui et moi, moi sans lui,
ah ! que les blés sont coupés !
Soudain les ombres se firent rares —

Vive elle ! écailles de cire !
Par ça répète la chère antienne:
Manne des matins, couteaux crépusculaires...
Qui boit le jus des clématites ?






















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire