jeudi 3 octobre 2013

2006



 
en toute chose entendre et retrouver 
le lieu où fourche de la mort le vif qui le surplombe:
c'est en ce lieu où je suis né 
à la forme pour un dire qui l'habite comme un vent étranger
dans la maison de mes enfances: 

sans cesse des souvenirs le jour puissant qui sourd
s'infiltre de l'autre côté dans les veines de mes rivières:
mais si je faillis à dire le coquillage
l'autre pourrait m'ensevelir dans le pan de son nom inabouti
anonyme comme une ombre sans sa rose
sans rien désirer - ni mal ni bien -
simple comme la nuit où toutes les ombres se noient:

trop nombreux les glorieux vacillants
les errants qui construisirent des chateaux dans le vent
puis trop tôt s'empressèrent d'y résider:
par tendresse avec eux ils nous étreignent
simple comme la nuit féroce qui tout ensevelit
sans désirer - ni mal ni bien - rien:

ainsi tendu de nuque d'albâtre à épaule de fer ou cuivre
fil vif-argent dans la foule
de chacun précieux comme le radium
est-ce qu'on se perd est-ce qu'on se trouve ?




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire