samedi 4 mai 2013

Les mains doigtés gravissent

Les mains doigtés gravissent
l'échelle vertébrale
pour atteindre, une fois encore,
l'éclosion d'une feuille:
qu'elle soit, celle-ci !
pâle comme la graisse du jour.

Puisque chagrins, et rumeurs, et bois, et humeurs,
sont clairs, sont sourds, sous les joues, dans les vents,
et d'un bien indicible nous sommes témoins.
Volets rouges, volets verts.

Volets verts, volets rouges.
Oh ! par l'ombre ductile sous l'arcade,
par l'ombre froide, par l'ombre -
par le temps - qui tout enjoint - et le rosier fleurit.